lundi, mars 31, 2008

La chaise qui pète

Je reviens de réunion. 2 heures dans le noir après le déjeuner putée ! (Putée c’est entre purée et putain, mais pas tout à fait et ca vient du sud). Donc, putée c’est criminel un truc pareil, j’ai failli m’endormir.


En plus j’étais assise sur la chaise qui pète. Celle qui fait prout chaque fois que tu bouges les fesses d’un demi-inche. A chaque fois je me questionnais pour savoir si je devais dire « heu c’est la chaise hein ! c’est pas moi qui pète! » ou si je devais plutot rien dire pour pas passer pour la grosse parano qui explique un pauvre bruit de skaï qui couine.




7 commentaires:

Me a dit…

le plus classe, c'est encore de dire "pardon" à chaque fois :))

Pluche a dit…

Me: a ouaiiiiisss j'aurais du faire ca. T'ain t'es jamais la quand il faut !

t'etais ou d'ailleurs ? Hum !

Ma'cha a dit…

et tu veux nous faire croire que c'était la chaise... tu parles !

Pluche a dit…

Ma'cha: je suis decourvue ? :)

Rodolphe a dit…

Oui enfin bon avec ton boss pervers qui ce met des bunnies tout ça tu peux te permettre d'être "un peu" nature.

Arty a dit…

ça me rapelle mon collègue qui commandait ce midi au restau : "un proutage pékinois" (pour un potage)
j'en rigole encore... J'suis con aussi !)

Pluche a dit…

Rod: j'aime l'expresion "etre un peu nature" :D

Arty: :)

 
A la une